MCmarco à NDDL

C'est avec en faisant systématiquement le tour de la ZAD avec Fred que je prends conscience et de l'intérêt de la géographie/écologie de la zone et de l'extra-ordinaire variété des formes d'implantations de ceux et celles qui l'occupent.
Fred a d'ailleurs écrit un long texte à propos de NDDL : "poétique de l'appel d'offre" lisible ici.

Des bouts de parcours, des boucles, des errances, des pertes d'orientation...
Dans le même temps, je réponds comme des centaines d'autres personnes à l'appel des "naturalistes en lutte" pour explorer et inventorier la biodiversité de la zone et ainsi contrecarrer les études officielles qui permettraient de mettre en place des compensations (en fait des destructions) au déplacement des espèces
Avril 2013. 

Depuis janvier, dans une météo froide et pluvieuse, à l’appel des Naturalistes en lutte, 150 à 200 personnes sillonnent la ZAD certains week-end. Elles affinent la cartographie du bocage et botanistes et ornithologues inventorient la faune et la flore.


C’est la plus grosse opération associative de ce type jamais réalisée en France et les premières constatations révèlent que la zone humide est deux fois plus étendue que les études préparatoires au projet d’aéroport le prétendent.


Ceux qui arpentent l’ancien chemin de Suez, placé sur la crête entre deux bassins versants, constatent la qualité et la variété du bocage paradoxalement sanctuarisé depuis 40 ans.

Avril 2013.

Le paysage de la ZAD, Zone à Défricher, Zone à Détruire, Zone à Défendre ne livre pas son secret d'emblée.

Il faut sillonner plusieurs fois le plateau pour découvrir qu'un des meilleurs moyens de le comprendre est de suivre l'étonnante ligne de crête qui le traverse quasiment en son centre sur l'axe Est-Ouest. Sur la carte, et sur le terrain, c'est un chemin souvent morcelé et perdu, peut-être un passage gallo-romain, encore nommé "Ancien chemin de Suez" et qui délimite aussi la séparation administrative entre Notre-Dame-des-Landes et Vigneux-de-Bretagne.

On s'enfonce, on claplote, on franchit des ruisseaux, on cherche la terre et la motte fermes et on contourne de nombreuses petites mares.
L'eau est partout et on sait qu'on est-là sur un château-d'eau, réservoir et filtre naturel pour deux bassins versants, de chaque côté du chemin.

Partout des haies, un bocage résistant avec des parcelles plus petites et souvent ré-envahies par la lande du côté de Notre-Dame et plus grandes  et souvent travaillées en cultures du côté de Vigneux.


Parfois, de grands chênes ou de grands pins ponctuent le tableau et l'on se met à rêver à un paysage singulier en Loire-Atlantique et préservé pour les centaines d'années qui viennent...

Avril 2013.

Alors que les forces de police ont quitté la ZAD, comme ça, d'un coup, juste après les derniers affrontements, les Naturalistes en lutte continuent leurs relevés.

Le travail des Naturalistes en lutte sur place est loin d'être spectaculaire,  mais il aura une incidence très forte sur la non-validité du projet d'aéroport.

Déjà, le comité scientifique chargé de vérifier le respect de l'écosystème et des mesures compensatoires éventuelles a rendu un avis défavorable et le Conseil National de Protection de la Nature demande à ce que toute la procédure soit revue.

On s'achemine pour deux ans d'études supplémentaires. Autant dire un délai confortable pour enterrer le projet.

Pendant qu'un autre monde se construira sur zone, les naturalistes continueront alors leur quête, ici d'une vipère, d'un crapaud ou d'un rapace particulier, là d'une herbacée comestible et plus loin encore d'un point d'eau vierge.

Décembre 2013.

Les naturalistes en lutte sont réunis dans une salle polyvalente de Notre-Dame-des-Landes et font le compte-rendu de leur travail de recensement d'espèces et d'analyse de la diversité biologique de la ZAD.

Toutes leurs études montrent une sous-évaluation des expertises BIOTOPE et DREAL, bases des soi-disant mesures compensatoires à venir et — malgré les révélations des Naturalistes en lutte sur l'exceptionnelle écologie de la ZAD —, le Préfet de Loire-Atlantique risque de signer les arrêtés qui lanceront les travaux en Janvier.

En fait, chacun, dans cette réunion, convient qu'il ne faut EN AUCUN CAS laisser commencer la mise en place des déplacements d'espèces car le déplacement, quel que soient les faux-semblants des mesures dites compensatoires, c'est la destruction IRREVERSIBLE de l'écologie de la zone.

Les naturalistes m'ont vu dessiner et me demandent si je peux leur proposer un emblème pour leur association. De fil en aiguille, je dessine ensuite un triton et aide l'asso à réaliser la banderole pour la manif du 22 février 2014 à Nantes.




Octobre 2013.

Ça chauffe pour les tritons ! Les études — baclées — du cabinet BIOTOPE sur la biodiversité et les mesures de compensations sont publiées et consultables en ligne ; dans l'esprit des "porteurs de projet", ce sont les prémices qui déclencheraient les premiers travaux de voiries.

Nul doute que les naturalistes en lutte trouveront les arguments pour invalider ces études ; ils effectuent un travail hors pair et de longue haleine ; des naturalistes professionnels, chercheurs et enseignants, ont fait  appel aux amateurs et organisent une communauté naturalistes qui a engagé depuis un an, sur la ZAD, le plus grand travail collectif d'inventaire jamais réalisé en France.

Le collège des experts scientifiques de la commission de dialogue montée par le 1er Ministre et le Comité permanent du Conseil National de Protection de la Nature avaient, en avril 2013, repris les arguments des naturalistes en lutte et demandé de "revoir la procédure d'instruction des projets d'aménagement du territoire", ce qui, concrètement devaient reculer de deux ans les éventuels travaux.

Mais le délai semble s'être nettement raccourci ; ça chauffe pour les tritons...
Banderole pour la manifestation du 22 février 2014 à Nantes
En février, puis en mars 2013, j'observe la destruction de plusieurs vieux chênes. Des personnes anticipent d'hypothétiques travaux d'élargisssement des voies ou profitent de cette période d'incertitude. Nous laçons quelques alertes.




En avril 2013, l'ACIPA propose à différents graphistes de concevoir le graphisme pour la com du rassemblement de juillet. Je propose un graphisme bien en rupture de ce qui se faisait déjà et une composition qui permet d'intégrer des visuels des diverses composantes du mouvement, de l'ACIPA aux zadistes et occupants, jusqu'aux comités de soutien. Mais l'ACIPA ne retient pas cette idée.


Je m'amuse à concocter quelques détournements  de vignettes américaines des années 60.




Pendant tout ce temps, j'ai décidé de réaliser un carnet de croquis, une chronique sur la diversité et la pertinence de la présence sur la ZAD. Ce carnet se termine sur la centième chronique.
En fait ces chroniques ont été réalisées dans cette période d'indécision après l'opération César [les expulsions d'oct 2012, la manif de réoccupation du 17 novembre 2002, la poursuite des explusion en nov 2012, la manifestation contre les GPI à nantes l 8 décembre 2012 et le départ des forces d'occupation policières en avril 2013] et avant la manifestation du 22 février 2014.
Ce carnet est conçu et destiné à être édité sur un blog quasiment au jour le jour. Voir l'ensemble des chronique sur le blog : http://carnetsnddl.blogspot.fr.
Je suis notamment passé de nombreuses fois à la Noé-Bernard, sur l'implantation de Caroline, qui, entre autres nombreuses actions, met en œuvre le "Journal Intime Collectif"




Juin 2013.
Une fois n'est pas coutume ; deux croquis pour fêter cette cinquantième chronique.
Les sessions du journal intime collectif ont repris sur la ZAD, à la Gourbi, à l'orée du jour qui décroît.
Au milieu de quelques allées et venues dans ce lieu collectif, quelques règles d'écriture sont énoncées et chacun des participant(e)s, dans le calme bienheureux de la concentration, écrit un texte plutôt court, qui décrit un événement ou une situation vécues dans le cadre de la lutte.
Chaque écrit est ensuite lu et ré-écrit en commun ; les précisions se mêlent aux anecdotes et aux plaisanteries.
Il se créé là, très simplement, des affinités étonnantes entre des personnes très différente.
Sur la base de ces croquis, Ariel me demande si je peux réaliser la pochette du CD de la fête de juillet 2013. L'ACIPA fera enlever le slogan "ZAD partout" au dernier moment.
pochette CD juillet 2013
Enfin, début 2014, je participe à la réactivation, avec certains occupants de la ZAD et le groupe "SEME TA ZAD" d'un groupe carto qui cartographie sur un certain nombre de préoccupations : les éventuels débuts de travaux à venir, le repérage sur place pour ceux qui viennent d'ailleurs et le statut des terrains. Je mets mes compétences de graphistes au service de l'édition de plusieurs cartes qui servent à dialoguer et anticiper sur les prochains évènements.




Les cartes en l'état n°1, n°2 et n°3 sont téléchargeables [ fichiers A3 6 Mo .PNG ] avec les liens suivants :
- la carte n°1 A3 S'ORIENTER couleur [PNG] : http://ahp.li/7441b91ea7ac361eca49.png
- la carte n°1 A3 S'ORIENTER noir et blanc [PNG] : http://ahp.li/1e3372ab5f2e44e9f0e6.png
- la carte n°2 A3 TRAVAUX couleur [PNG] : http://ahp.li/51b2a200652ff2459644.png
- la carte n°3 A3 TERRAINS couleur [PNG] : http://ahp.li/895c23589ec53f7bcb80.png

Les cartes en l'état n°1, n°2, n°3 sont téléchargeables [ fichiers A3 33 Mo .PDF éditables sous Illustrator ] avec les liens suivants :
- la carte n°1 A3 S'ORIENTER couleur [PDF] : http://ahp.li/6eb58557358666b6f069.pdf
- la carte n°1 A3 S'ORIENTER noir et blanc [PDF] : http://ahp.li/1c191a55fedc5d4ce0e9.pdf
- la carte n°2 A3 TRAVAUX couleur [PDF] : http://ahp.li/83bd7401d30545dd1544.pdf
- la carte n°3 A3 TERRAINS couleur [PDF] : http://ahp.li/ee14d5ea324356764467.pdf